Une solution pour les enfants dits « parqués »

161017-bebes-parques-014

Le Ministre de l’Aide à la Jeunesse, Rachid Madrane et la Ministre de l’Enfance, Alda Greoli ont présenté, ce matin, à la presse les mesures prises pour apporter des solutions concrètes à la problématique des enfants, dits « bébés parqués », placés en hôpitaux, faute de places dans des structures adaptées.

Lors de l’élaboration du budget 2017 de la Fédération Wallonie-Bruxelles, les deux Ministres ont obtenu des moyens importants pour répondre à cette problématique. Ces nouveaux moyens permettront d’augmenter les capacités d’accueil de ces jeunes enfants en situation d’urgence et d’apporter des solutions concrètes pour mettre fin à ces placements inadéquats en hôpital.

« Dès mon arrivée dans le secteur, la question des bébés hospitalisés pour des raisons sociales a fait partie de mes premières préoccupations. Lorsque j’ai fait le tour de tous les arrondissements judiciaires, de septembre 2014 à février 2015, cette problématique, comme le soutien à la parentalité, est revenue de façon régulière. C’est pourquoi, lors de l’élaboration du budget, ma collègue la Ministre de l’Enfance et moi-même avons défendu ensemble une demande importante de moyens pour répondre à cette situation ; et nous avons pu obtenir près de sept millions d’euros. »

En Aide à la jeunesse, une part importante de ces moyens budgétaires sera consacrée à la création de nouvelles possibilités de prises en charge.

La première réponse apportée sera la création de deux centres d’accueil d’urgence (les CAU) spécialement dédicacés à cette problématique pouvant répondre à la prise en charge de 150 enfants par an. 

La deuxième réponse, tout aussi urgente, est la création de nouvelles places résidentielles en SAAE (Services d’accueil et d’aide éducative), consacrées aux jeunes enfants. Ceci permettra de désengorger les structures spécialisées telles que les SASPE, Services d’Accueil Spécialisé pour la Petite Enfance, qui n’ont pour vocation normalement qu’un accueil limité dans le temps de un an et dont les durées de placement sont actuellement d’environ 3 ans.

Enfin, de nouvelles possibilités de prises en charge en familles d’accueil d’urgence seront créées (10 places, soit 80 prises en charge annuelle sachant que l’accueil d’urgence ne dure que 45 jours maximum), ce qui suppose de donner des moyens supplémentaires aux services de placement familial afin de susciter des candidatures, et d’assurer l’encadrement de ces familles.

La répartition de ces nouvelles possibilités de prises en charge sera effectuée géographiquement à partir des besoins qui ont été plus particulièrement objectivés. Les zones identifiées comme prioritaires, dans le rapport de la CODE, notamment sur base des chiffres fournis par mon administration grâce aux nouveaux outils de rapportage, sont l’arrondissement judiciaire de Mons, plus spécifiquement les divisions de Mons et de Charleroi, la Région bruxelloise ainsi que, dans une moindre mesure, la Région liégeoise.

« Conjuguées aux efforts de création de places en SASPE menés par la Ministre de l’Enfance, ces mesures devraient nous permettre d’éradiquer ces situations inacceptables qui persistent depuis bien trop longtemps. »