Une première famille en centre fermé : le Ministre de l’Aide à la Jeunesse rappelle que la détention d’enfants est inacceptable

Alors qu’une première famille, comptant quatre enfants, a été placée au centre fermé 127bis, le Ministre de l’Aide à la Jeunesse, Rachid Madrane, tient à rappeler avec force que la création par le Gouvernement fédéral d’unités en centre fermé pour les familles avec enfants contrevient totalement aux engagements que notre pays a pris de respecter les droits consacrés par la Convention internationale relative aux droits de l’Enfant.

Le Ministre avait déjà attiré l’attention du Secrétaire d’Etat en charge de l’Asile et de la Migration, Theo Francken, sur le caractère inadmissible de cette initiative dans un courrier qu’il lui avait adressé en mai dernier avec le Ministre-Président Rudy Demotte.

Entre-temps, les Nations-Unies n’ont pas manqué – comme on pouvait le prévoir – de pointer la Belgique comme mauvais élève puisque le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) des Nations-Unies, par la voix de sa Représentante régionale pour l’Europe de l’Ouest, Madame Véronique Bonnet, a exhorté notre pays à renoncer à ce projet.

« Enfermer des enfants est contraire aux engagements que nous avons pris sur la scène internationale, résume Rachid Madrane. Chaque enfant de passage sur notre territoire doit avoir le droit à des conditions de vie décentes et à l’épanouissement. Or la détention ne peut qu’avoir un effet dévastateur sur ces enfants que leur situation particulière rend déjà très vulnérables ».