Une meilleure collaboration entre les Maisons de Justice et les prisons dans le cadre de la réinsertion de condamnés radicalisés

a

Lors de la Conférence interministérielle des Maisons de Justice qui s’est tenue ce matin à Eupen, les trois ministres compétents pour les Maisons de Justice dans notre pays ont pris l’initiative, en concertation avec le ministre de la Justice, de collaborer au parcours de réinsertion des détenus dès la phase de détention. Ce projet pilote s’adresse aux prisonniers condamnés pour des actes terroristes ou extrémistes qui représentent un risque important pour la radicalisation d’autres détenus. L’objectif consiste à mieux les préparer à leur sortie.

Dans une circulaire commune, les ministres en charge des Maisons de Justice se sont engagés à mettre à disposition un parcours de désengagement au sein des prisons, c’est-à-dire une prise en charge visant à désengager les détenus radicalisés de la violence et à préparer leur réinsertion en concertation avec la prison. Le ministre fédéral de la Justice assure à son tour la mise à disposition du soutien nécessaire au niveau de l’infrastructure et de l’organisation ainsi que l’implication en temps utile de l’assistant de justice dans le parcours de désengagement.

À la demande de la prison, un assistant de justice peut dorénavant intervenir dans le parcours de réinsertion au sein de l’établissement pénitentiaire afin de mieux préparer la libération de détenus radicalisés. Il s’agit d’une volonté commune des ministres Geens, Vandeurzen, Madrane et Antoniadis. Ainsi, dès la phase de détention, les détenus radicalisés seront incités à suivre un parcours de désengagement et à préparer leur réinsertion avec le soutien d’un assistant de justice.

Le ministre de la Justice, Koen Geens, et les trois ministres communautaires compétents – Madrane, Antoniadis et Vandeurzen – ont signé une circulaire ministérielle commune qui confère un nouveau mandat aux Maisons de Justice. Les assistants de justice se voient notamment attribuer pour la première fois une mission officielle lors de la détention. Cette procédure sera évaluée après 2 ans.

Depuis la sixième réforme de l’État, les Maisons de Justice – qui se chargent notamment du suivi des peines alternatives – relèvent de la compétence des communautés. Lors de la Conférence interministérielle des Maisons de Justice à Eupen, les ministres communautaires et le ministre fédéral de la Justice se sont exprimés en faveur de la poursuite du renforcement de leur collaboration.

« Le transfert des Maisons de Justice vers les communautés constitue l’occasion idéale d’impliquer davantage les services d’aide dans l’exécution de la peine afin de mieux préparer la réinsertion des détenus. La nouvelle mission de l’assistant de justice nous permettra de mieux poursuivre nos efforts visant à inciter les détenus à se distancer des idées qu’ils avaient avant – ce que nous appelons le processus de désengagement », explique le ministre flamand Jo Vandeurzen.

« Avec mes collègues en charge des Maisons de Justice, nous avons discuté, au cours des quatre dernières années, de très nombreuses lois visant à renforcer le fonctionnement de ces établissements. Nous nous sommes notamment concertés au sujet de la loi sur l’internement et de la législation relative à l’exécution des peines. Une conférence interministérielle ne peut réussir que si tous les ministres concernés poursuivent le même objectif, c’est-à-dire un encadrement soigné de toute personne faisant l’objet d’une mesure judiciaire », déclare Koen Geens, ministre de la Justice.

« Si on veut prendre à bras le corps le problème de la radicalisation dans les prisons, il est nécessaire d’avoir une approche structurée de la problématique, en collaboration avec l’ensemble des institutions et services concernés. Avec cette nouvelle circulaire, nous pourrons apporter une réponse individualisée et systématique pour chaque détenu radicalisé et ainsi mieux préparer leur réinsertion. En permettant aux assistants de justice d’entamer leur travail au sein des prisons, on renforce aussi la cohérence des interventions entre l’intra et l’extra muros au bénéfice de la réinsertion des détenus » souligne le ministre des Maisons de Justice, Rachid Madrane.

« La lutte contre le radicalisme violent et contre le terrorisme nous concerne tous ! Il était donc important que la Communauté germanophone participe à l’élaboration de cette circulaire commune. L’année dernière, nous avons créé le service d’accompagnement des personnes incarcérées qui agit sous la tutelle de la maison de justice. Depuis lors, une collaboratrice germanophone accompagne les détenus dans les prisons. La circulaire permettra aux assistantes de justice d’accéder plus facilement aux prisons et garantira un accompagnement encore plus ciblé et intensif entre, durant et après la détention. Cela avec comme objectif d’une réinsertion sociale de la personne, commente le Ministre Antonios Antoniadis, en charge de la maison de justice en Communauté germanophone. « Le fait que nous organisons pour la première fois une CIM ici à Eupen  est un symbole fort d’une collaboration étroite et constructive durant les 5 dernières années. »