Premier feu vert à la modification du Décret Sport pour permettre une meilleure intégration des sportifs moins valides

La Fédération Wallonie-Bruxelles veut garantir l’accès au sport pour tous, en ce compris les sportifs moins valides. Pour permettre aux personnes souffrant d’un handicap de pouvoir pratiquer un sport dans des conditions adaptées, elle soutient deux fédérations handisports : la FéMA (Fédération Multisports Adaptés), qui compte plus de 5000 affiliés à Bruxelles et en Wallonie, pour le sport de loisir, et la LHF (Ligue handisport francophone) pour le sport de haut niveau.

Jusqu’ici, le décret du 8 décembre 2006 qui organise le sport en Fédération Wallonie-Bruxelles interdisait de façon générale toute double affiliation. Les clubs sportifs n’étaient donc pas autorisés à s’affilier à la fois à une fédération sportive « valide » reconnue et à la FéMA ou la LHF.

Au vu de cette situation, et pour répondre à une demande portée depuis longtemps par le secteur du handisport, le Ministre Madrane a proposé à la Commission Sport du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles de voter une modification au décret qui introduit une exception à cette interdiction de double affiliation. Cette exception doit favoriser l’intégration des handisportifs dans les clubs et fédérations de sport « valides » en permettant qu’ils s’affilient à la fois à une fédération sportive et une fédération handisport.

Cette modification du décret, qui sera ensuite examinée en plénière, a été votée à l’unanimité par la Commission Sport ce mardi 17 octobre.

Concrètement, elle permettra à un club affilié à une fédération « valide » qui voudrait ouvrir une section handisport de s’affilier à sa fédération sportive de référence et à une fédération handisport. De même, un club handisport qui pratique une discipline spécifique pourra s’affilier à la fois à la fédération « valide » qui gère ce sport et à une fédération handisport.

« Cette modification était attendue depuis longtemps par le secteur du handisport et elle est très importante, souligne Rachid Madrane. Le sport peut être un extraordinaire levier d’intégration: il est donc fondamental que les sportifs en situation de handicap puissent s’entraîner avec les sportifs valides, et que les clubs qui ouvrent leurs infrastructures aux moins valides puissent être soutenus. Je remercie les parlementaires de la Commission Sport qui ont accepté de déposer l’amendement qui modifie le décret en ce sens et je me réjouis qu’ils aient été unanimes à l’adopter ».