L’Aide à la Jeunesse intervient auprès des jeunes en difficulté ou en danger : elle apporte aide et soutien à tous ceux – enfants, jeunes, mais aussi parents, famille – qui souhaitent être écoutés, entendus ou qui doivent faire face à des situations problématiques. Elle prend également en charge les jeunes qui ont commis des faits qualifiés d’infractions.

Dans ces deux domaines, les services publics interviennent directement lorsqu’il s’agit de garantir le respect de certains droits fondamentaux ou lorsque le besoin à rencontrer implique une part de contrôle de la société sur les individus. C’est le cas des interventions garanties par des autorités, comme les Services d’Aide à la Jeunesse (SAJ) et les Services de Protection Judiciaire (SPJ), et lorsque l’éducation passe par une part de contrainte, comme dans les Institutions publiques de Protection de la Jeunesse (IPPJ).

Dans les autres cas, l’Aide à la Jeunesse a fait le choix de recourir au secteur associatif : le Ministre soutient plus de 360 services agréés, qui offrent une palette d’aides très diversifiée afin de répondre à chaque situation de la façon la plus adéquate et la plus respectueuse des intérêts du jeune.

Mais, parce qu’on ne peut se contenter de réagir à des situations difficiles et qu’il faut également chercher à en empêcher l’apparition, le Ministre de l’Aide de la Jeunesse soutient également la prévention des violences, de la pauvreté et de l’exclusion.

 

Personnes de contact :

Alberto MULAS – 02 801 76 52 – alberto.mulas@gov.cfwb.be
Philippon TOUSSAINT – 02 801 76 56 – philippon.toussaint@gov.cfwb.be

Liens utiles :

http://www.aidealajeunesse.cfwb.be/