Le Ministre Madrane lance « Hors les Murs », un appel à projets pour aller à la rencontre des jeunes

 

kids-881506_1280

L’objectif prioritaire des services d’aide en milieu ouvert (AMO) est d’aider les jeunes à s’épanouir dans leur milieu de vie et dans leurs rapports avec leur environnement social, que ce soit en leur apportant une aide individuelle, en soutenant leurs projets ou en les aidant à résoudre leurs difficultés (familiales, scolaires, administratives, juridiques…).

L’une des forces de ces services est d’être présents là où les jeunes se trouvent, au moment où ils s’y trouvent.

Le travail social de rue constitue dès lors l’une des approches les plus cohérentes et efficaces pour appliquer les principes et la philosophie de l’aide en milieu ouvert, même si d’autres types d’intervention ont bien entendu elles aussi toute leur place dans les services AMO.

Désireux d’inciter les services à renforcer ou à se lancer dans ce type d’intervention pro-active dans les rues et les quartiers de nos villes, dans des horaires qui correspondent aux réalités vécues par les jeunes (présence en dehors des heures scolaires, en soirée et le week-end), Rachid Madrane, Ministre de l’Aide à la Jeunesse, a lancé un appel à projets intitulé « H.L.M. », comme « Hors les Murs », à destination des services AMO agréés et des services qui mettent en œuvre un projet pédagogique particulier (PPP) agréés travaillant sans mandat.

Un budget de 250.000€ a été réservé pour soutenir les initiatives qui seront retenues. Chaque projet pourra solliciter un soutien de 12.500 € maximum.

Les projets doivent être introduits auprès de l’Administration pour le 10 janvier 2017.

« Rencontrer les jeunes dans les espaces qu’ils fréquentent librement, les écouter, les accompagner, échanger avec eux et les aider à développer leur capacité d’agir sur leur environnement ou à réaliser des actions citoyennes et solidaires, voilà ce que je souhaite mettre en valeur, explique Rachid Madrane. Mais aller à la rencontre des jeunes n’est pas toujours aussi simple qu’il n’y paraît. Il ne faut pas être intrusif, ni stigmatisant. Cela nécessite un certain savoir-faire, mais cela demande aussi d’être prêt à sortir des horaires « confortables » en travaillant le soir et le week-end. Avec cet appel à projets, j’espère encourager les services qui pratiquent déjà ce mode d’intervention, mais aussi inciter les services qui ne le font pas encore à se lancer.»

L’appel à projets est en ligne ici