Le Gouvernement donne le coup d’envoi à la réforme du secteur de l’Aide à la Jeunesse

Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a donné le coup d’envoi à la réforme du secteur de l’Aide à la Jeunesse, en adoptant en première lecture une série d’arrêtés qui doivent rendre le paysage institutionnel plus simple.

Force est de constater qu’au fil du temps, au gré de la création de nouvelles catégories de services et du développement de projets pédagogiques nouveaux, les services agréés par l’Aide à la Jeunesse se sont parfois installés dans une hyperspécialisation, avec comme conséquence un morcellement des interventions auprès des jeunes et un manque de lisibilité de l’action de l’aide à la jeunesse.

Le Ministre Madrane s’est donc attelé, en concertation avec les acteurs du secteur (fédérations patronales, syndicats, administration,…), à une refonte du secteur autour des trois pôles redéfinis par le récent décret portant le Code de la prévention, de l’aide à la jeunesse et de la protection de la jeunesse, à savoir :

  • la prévention
  • les mineurs en difficulté ou en danger
  • les mineurs en conflit avec la loi

La volonté n’est pas de réduire le nombre de services, mais bien de diminuer le nombre de catégories de services agréés, en revenant à une majorité de services plus « généralistes », aux missions élargies et des appellations plus directement compréhensibles de tous et toutes.

Ce réaménagement du secteur imposait de prendre une série d’arrêtés touchant aux conditions générales d’agrément et d’octroi des subventions aux différents types de services qui composeront dorénavant le secteur, ce que le Gouvernement a fait ce mercredi.