Allocution de Rachid Madrane, Président du Parlement bruxellois, à l’occasion des voeux 2020

Mesdames les Ambassadrices et Messieurs les Ambassadeurs,

Monsieur le Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale,

Mesdames et Messieurs les Ministres et Secrétaires d’Etat,

Dames en Heren Ministers en Staatsecretarissen,  

Monsieur le Ministre d’Etat et Président honoraire du Parlement bruxellois,

Madame la Présidente du Parlement francophone bruxellois,

Mijnheer de voorzitter van de Raad van de Vlaams Gemeenschapscommissie,

Mijnheer de Eerste ondervoorzitter van het Brussels Parlement,

Messieurs les recteurs d’universités,

Mesdames et Messieurs les Députés,

Dames en Heren volksvertegenwoordigers, 

Mesdames et messieurs les Bourgmestres,

Mesdames et Messieurs, en vos titres et qualités,

Dames en Heren,

Ladies en Gentlemen,

 

C’est un immense plaisir pour moi de pouvoir vous accueillir ce soir au Parlement bruxellois, dans cette splendide Salle des Glaces, pour vous présenter mes meilleurs vœux pour l’année nouvelle.

Dit is de eerste nieuwjaarsreceptie waarvoor ik, als voorzitter van dit parlement, het genoegen heb u uit te nodigen, en ik dank u voor uw aanwezigheid.

Mesdames, Messieurs,

Lorsque j’ai été désigné Président du Parlement bruxellois, il y a quelques mois de cela, j’ai mesuré tout l’honneur qui m’était fait et je me suis engagé à tout faire pour que notre institution puisse travailler de façon efficace, dynamique, transparente et sereine.

Parce qu’aujourd’hui, on le voit bien, la démocratie représentative est de plus en plus questionnée. La fonction même des parlements, et leur capacité à représenter les citoyens, est interrogée.

Si nous voulons barrer la route aux populismes, aux tentations extrémistes et rétrogrades, à tous ceux qui veulent jeter le discrédit sur la politique et sur celles et ceux qui la font, si nous voulons retrouver la confiance de la population dans nos institutions, nous devons à la fois renforcer la démocratie participative et repenser notre fonctionnement.

Il nous faut plus associer les citoyens à nos réflexions et à nos travaux. Il y a une véritable aspiration en ce sens, tant de la part des citoyens que de nos élus.

J’ai déjà eu l’occasion de le dire, le Parlement bruxellois, c’est la Maison du peuple bruxellois. Ses portes doivent être grandes ouvertes aux citoyens. Il faut qu’ils s’y sentent chez eux, qu’ils sachent qu’ils peuvent s’y faire entendre.

Tegelijkertijd moeten we ons beter aanpassen aan de huidige bezorgdheden, moeten we onze werking moderniseren, moeten we dynamischer en efficiënter zijn en moeten we er beter in slagen om de interesse van de burgers voor ons werk te wekken.

Eigenlijk moeten we de democratie en het democratische debat heruitvinden en herbeleven.

We moeten de representatieve democratie van morgen en het Parlement 2.0 heruitvinden.

In vijf maanden tijd, dames en heren, hebben we al belangrijke stappen in die richting gezet.

Ik zeg « wij », je dis « nous », car si j’ai souligné dès mon entrée en fonction que c’était là les axes de travail que je m’assignais, je n’ai bien entendu pas fait avancer ces dossiers tout seul.

Je tiens d’ailleurs à remercier mes collègues du Bureau et du Bureau élargi, de tous les partis de la majorité et de l’opposition qui se sont inscrits dans cette même dynamique et qui nous ont permis d’engranger, ensemble, des réformes emblématiques, tant en matière de participation que de modernisation.

Je ne vais pas évoquer ces mesures de façon exhaustive.

Mais je pense notamment, parmi celles que nous avons prises pour encourager la participation citoyenne, à l’instauration des commissions délibératives

Désormais, vous le savez, le Parlement pourra décider de mettre en place des commissions où siégeront côte à côte 15 députés et 45 citoyens tirés au sort parmi les résidents bruxellois à partir de 16 ans.

Et cela, à l’initiative du Parlement lui-même ou à la demande d’un citoyen qui aura récolté 1000 signatures autour de la thématique qu’il propose de mettre en discussion.

Je ne suis pas peu fier de pouvoir dire que nous nous lançons là dans une expérience qui est, selon ce qu’on m’en a rapporté, une première mondiale.

A l’heure où de nombreux Etats, villes, communes, ou d’autres collectivités encore, expérimentent des formes de démocratie délibérative – comme les panels citoyens, les assemblées mixtes, les consultations citoyennes,… – le Parlement bruxellois se devait lui aussi de s’inscrire dans cette recherche d’innovation démocratique.

Ik wou ook een ander aspect nieuw leven inroepen, namelijk de manier waarop burgers hun stem kunnen laten horen, en dat is het petitierecht: voortaan zijn er niet langer 5000 handtekeningen nodig, maar slechts 1000 om door het Brussels Parlement te worden gehoord. Ik hoop dat we, door het vereenvoudigen van de toegang tot dit recht, de Brusselaars zullen aanmoedigen om er gebruik van te maken.

Ce ne sont là que deux exemples de mesures visant à favoriser les processus participatifs, mais voilà la direction, dans laquelle je souhaite – nous souhaitons, nous devons – et nous voulons – travailler.

Au-delà de ces initiatives à l’égard des adultes, je pense en effet que les jeunes générations aussi doivent faire l’objet d’une attention toute particulière dans cette dynamique d’ouverture.

J’ai déjà dit mon souhait d’installer un parlement des jeunes et un parlement des enfants.

Cela peut paraître anecdotique. Mais cela ne l’est pas.

C’est une façon de sensibiliser les plus jeunes à notre modèle démocratique.

C’est notre responsabilité car ils ont un rôle fondamental à jouer dans sa préservation !

Et ils ont de plus des choses très intéressantes à nous dire.

Saviez-vous qu’en France, le parlement des enfants est à la base de la législation qui prévoit qu’en situation de divorce ou de placement, on ne peut pas séparer les fratries – c’est-à-dire que les frères, sœurs, demi-frères ou demi-sœurs peuvent continuer à se voir. Ce sont les enfants qui ont inspiré le travail du législateur, en lui ouvrant les yeux sur la réalité qu’ils vivaient et sur le quotidien des familles recomposées.

Mesdames, Messieurs,

Vous le voyez, nous avons ouvert un important chantier pour renforcer la participation citoyenne.

Mais nous avons également pris des mesures pour mieux répondre aux préoccupations des citoyens, pour renforcer le dynamisme de nos débats et pour travailler dans une plus grande transparence.

Nous avons aussi fait du Comité d’avis pour l’égalité des chances entre les hommes et les femmes une Commission à part entière, ce qui lui confère désormais une compétence législative et un pouvoir de contrôle sur les ministres et secrétaires d’Etat.

Het was ondenkbaar dat fundamentele kwesties, zoals vrouwenrechten, als ondergeschikt worden beschouwd. De dingen komen nu in beweging, en daar ben ik blij om. 

Mesdames, Messieurs,

En cinq mois seulement, nous avons posé des jalons importants pour rapprocher le fonctionnement de notre institution aux attentes des citoyens. Et nous allons poursuivre dans cette direction.

Vous le constatez, notre assemblée travaille, notre Parlement se modernise. Nous construisons aujourd’hui, et tous ensemble – majorité et opposition – le Parlement 2.0 de demain

A d’autres niveaux de pouvoirs, c’est vrai, la situation est plus compliquée, mais j’espère que nous nous accorderons bientôt sur une formule qui permettra à notre pays de sortir du blocage politique. C’est en tout cas mon vœux le plus cher.

J’espère aussi et surtout que la future coalition qui portera le projet gouvernemental sera respectueuse du fait bruxellois et de la spécificité bruxelloise.

A l’heure où d’aucuns évoquent une possible nouvelle réforme de l’Etat, je veux le répéter, simplement mais très clairement : Bruxelles est une Région à part entière.

Elle a obtenu ce statut il y a 30 ans, et elle a démontré pendant ces trois décennies que le modèle institutionnel qui a été développé pour permettre aux Bruxellois de décider pour les Bruxellois, et aux deux grandes communautés linguistiques de coexister pacifiquement, est un modèle qui fonctionne.

Bruxelles est une ville « Capitale ». C’est un petit village mondial, où cohabitent Flamands et francophones, Européens et non-Européens,… Elle rassemble pas moins de 184 nationalités différentes – ce qui en fait la 2e ville la plus cosmopolite du monde.

Bruxelles occupe une place stratégique au niveau international, en particulier au travers de son statut de capitale de l’Europe et de siège de l’OTAN.

Il y a 30 ans, nous avons voulu que Bruxelles se voie accorder le statut de région à part entière.

Nous avons refusé les autres formules, comme la co-gestion de Bruxelles par les autres régions et communautés ou la possibilité alors aussi évoquée de faire de Bruxelles un territoire d’État, géré par un gouvernement central dominé par les élus des deux autres régions.

Nous avons voulu que les citoyens bruxellois soient traités sur le même pied que les Wallons et les Flamands, et nous ne reviendrons pas en arrière. Les Bruxellois ne sont pas, et ne seront jamais, des citoyens de second rang.

Je veux d’ailleurs redire combien notre Région est un atout pour notre pays. C’est un formidable bassin d’emploi, où se crée une richesse dont toutes les régions du pays tirent profit. Notre Région est l’expression de la solidarité nationale, et elle est aussi depuis 30 ans, un trait d’union fort entre les communautés.

Bruxelles doit pouvoir établir une coopération avec son hinterland, avec sa périphérie wallonne et flamande. Il faudrait donc que l’organe de coopération prévu pour ce faire, la communauté métropolitaine, soit activé.

C’est l’intérêt de nos trois Régions, et davantage encore l’intérêt de nos concitoyens, qu’ils soient Wallons, Flamands ou Bruxellois.

J’espère que les partenaires qui s’entendront pour porter un projet au Fédéral s’accorderont aussi pour renforcer le rôle de notre Région, pour dynamiser les collaborations entre les différentes Régions et pour respecter le droit des Bruxellois de rester maîtres de leur destin.

Mesdames, Messieurs,

Je ne serai pas plus long.

Nu we bij het begin van een nieuw jaar zijn aanbeland, hoop ik dat we zullen blijven voortbouwen op dit élan, dat we ons blijven inzetten voor het welzijn van de Brusselaars, dat we met ons Parlement dichter bij de verwachtingen van de burgers zullen aanleunen en dat het op nationaal en internationaal niveau zal blijven schitteren.

Mais avant de conclure, Mesdames, Messieurs, je voudrais vous souhaiter une nouvelle fois tous mes vœux de bonheur et de santé.

On behalf of all the members of Parliament, I wish you all the best for this new year. I hope it will be a pleasant, productive and exciting year.

Je vous souhaite une excellente année à toutes et à tous !

Ik wens iedereen een zeer gelukkig nieuwjaar!

Dank U voor uw aandacht.

Merci pour votre attention.